Rechercher
  • RaumaNo

Le retour au(x) pays.

Après un été finlandais, nous avons eu la chance de retourner en France quelques jours pour la Toussaint, juste avant le reconfinement. Quel bonheur d’enfin entendre des tubes connus à la radio (je n’suis paaaaaaaaaaaaaaas un héros ! donne-moi ton cœur bébé, fooooooormidableu) et de remplir le frigo de MaronSui’s et de Danette Noir Extra.

Je me suis cependant sentie touriste dans mon propre pays lorsque j’ai trouvé le panneau routier du cerf gracieux bondissant bien plus exotique que le puissant élan trottinant qu’arborent les routes finlandaises.

Pom podom podom, chantonne l'élan.

J’ai ri intérieurement en entendant deux Françaises se plaindre du froid par 18 degrés.

J’avais presque oublié ce qu’était un péage, combien ça coutait cher, et la sensation de vitesse à 130 km/h.

J’ai été très impressionnée par le nombre de camions sur les routes, et le nombre d’avions dans le ciel.

J’ai flippé quand je me suis retrouvée dans la circulation automobile sur un vélo en ville. J’avais oublié qu’on ne monte pas sur les trottoirs ici.

La végétation m’a semblé très sud, presque équatorienne (mimosas, eucalyptus, palmiers, châtaigniers…)

J’ai trouvé pénible de me faire sauter dessus par des chiens non tenus en laisse, même très amicaux.

La superette du Cap Ferret m’a semblé extrêmement bon marché, particulièrement les fruits et légumes. Les œufs étaient incroyablement bronzés, et non tout blanc comme en Finlande.

J’ai trouvé vraiment répugnant de garder ses chaussures à l’intérieur des maisons.

Le placard-égouttoir, aka la photo la plus glam du blog.

J’ai cherché l’égouttoir dans le placard au-dessus de l’évier dans toutes les cuisines où j’ai fait la vaisselle (à ajouter à mon top 10 des concepts finlandais à exporter d'urgence)

Partager une grande couette à deux m’a semblé nettement moins confortable que de se blottir chacun sa petite couette.

Puis nous sommes rentrés en Finlande.


Je me suis étonnée de voir des gamins en combi de ski par 11 degrés.

J’ai trouvé vraiment pas terrible cette mode des faux cils de drag queen et de sourcils ultra charbonneux.

Ça m’a un peu déprimé de voir que les réflecteurs étaient déjà sortis et qu’il faisait déjà sombre à 16h.

On s’est un peu écarté sur notre passage quand on a fait nos courses masqués. Les gens n’osaient pas nous doubler dans les allées.


J’ai traversé au feu rouge pour les piétons.

C’est à ce moment précis que j’ai réalisé qu’une année loin de mon pays ne suffirait pas à me faire sentir autre chose que très Française.

131 vues
 

Formulaire d'abonnement

©2019 by Rauma en V.F. Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now